Jehanster

lundi 4 juillet 2005
popularité : 20%

JPEG - 19.2 ko
Aquarelle réalisée et aimablement prêtée par Mr Philippe Delaite. Reproduction interdite.

Jehanster, une crête sauvage accrochée aux contreforts des Hautes Fagnes, flanquées de ses deux crêtes avancées comme des tours de garde : Jonckeu et Faweux.

A l’occasion de la clôture de l’année jubilaire, le Comité organisateur approuva un projet d’ornementation des crêtes jehansteroises qui tiennent compte davantage des anciennes appellations de lieux-dits. Deux cents blasons peints par les jeunes furent répartis entre les huit quartiers différents, ayant chacun un signe symbolique distinct : Jehanster, le Faweux, les Essarts, Pierreuse-Heid, le Chaumont,la Boverie, le Jonckeu,le Many...

A voir et à savoir...

- Au centre du village de Jehanster, l’école maternelle sur laquelle est fixée une plaque commémorative, en souvenir des morts des deux guerres. Plus ou moins en face, reculée, se trouve l’ancienne chapelle de Jehanster qui a été transformée d’abord en étable et grange, ensuite en appartement. En 1973, une croix dont le christ a été sculpté par M. Henri Cols a été érigée sur la façade pour commémorer le 250ème anniversaire de la Fondation de cette ancienne chapelle.

JPEG - 27.6 ko - Dans les bois du Faweux, la Croix du Petit Jean ou « Lu creûs dè p’tit Dj’han ». Son origine remonte au temps où la région faisait partie de la Principauté de Liège et plus spécialement du Marquisat de Franchimont. A cet endroit, croisement des routes de Jehanster à Limbourg et de Verviers à Sart, se serait établi, nous dit J.S. Renier, une fabrique de sabots. La carte Ferraris de 1777 mentionne déjà la croix sous le nom de Croix Saint Jean. Cependant, en observant cette carte, on remarque que la région du sud de Verviers est parsemée de croix ; ces croix ont une origine qui remonte au XIVe siècle, époque du développement de l’industrie du fer. En effet, voyant l’appauvrissement de ses forêts (les forges étant alimentées par le bois), le Prince-Evêque Erard de la Marck traça des limites dans lesquelles il interdit aux habitants d’abattre des arbres. Les zones protégées furent limitées par des bornes en forme de croix. La borne de la Croix du petit Jean remonte à cette époque. Il s’agit donc d’une ancienne croix d’embannement, sur laquelle a été apposée un Christ.

- Au lieu-dit « Le Trou du Many ». Dans la prairie que nous longeons se trouve une fontaine jadis réputée. Aujourd’hui, enclose entre des murs et couverte, elle alimente un grand bac qui sert d’abreuvoir au bétail. C’était une fontaine excellente, qui ne tarissait jamais : chaude en hiver, froide en été. Une ancienne légende s’y rattache : "La légende du Many" JPEG - 23 ko

JPEG - 29.3 ko - Perché sur la colline ; c’est la Heid de Chaumont sur laquelle a été dressée une croix. Cette croix se trouve dans un bois clôturé mais on peut l’apercevoir de loin, vu sa position dominante sur la bute du Bois de Chaumont. Datant de 1929, la croix en acier mesure 12 mètres au dessus du sol et 4 mètres de large. Le Christ en fonte mesure 3,10 mètres et pèse 1500 kilogrammes. Mme Sophie Deblon fit le vœu que, si Polleur était épargné pendant la guerre 14-18, elle ferait ériger une croix monumentale au plus haut sommet de Polleur. Polleur ayant été épargné, elle tint sa promesse. Quant au mot « heid », il s’emploie pour désigner une « côte escarpée, couverte de bruyères ou de bois ». De cette colline, considérée jadis par certains comme un ancien volcan, on extrayait des pierres dont on taillait les meules. Ce commerce cessa au XIXe siècle.


Navigation

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Top Articles