L’Hotel de ville

lundi 11 avril 2005
par  Alex Gonay, IG
popularité : 2%

Centre de Theux

JPEG - 37.4 ko

la place du perron

Il est certain que dès le 15ème siècle, cette place est devenue le centre du chef ban de Theux. Là se sont bâties de nombreuses habitations entourant le Perron et la Halle communale qui était en même temps le siège de la Cour de Justice du chef ban de Theux. Parmi ces demeures se trouvaient certainement des échoppes de divers négociants. Certains anciens écrits l’appellent d’ailleurs place du Marché. Le premier nom officiel fut celui de Grand Vinâve, terme wallon désignant une partie importante d’une localité. Ainsi, on va s’apercevoir dans cette énumération d’habitations que pratiquement toutes ont été, un jour ou l’autre, un commerce. On peut relever dans ce qui suit plus de cinquante professions ou commerces divers, depuis le cordonnier jusqu’à l’informaticien, depuis le magasin d’eau chaude jusqu’au bijoutier en passant par les médecins et les notaires.
Elle fut autrefois, durant un certain temps, protégée par une porte fortifiée dite « porte de la torette » située à son entrée venant du pont. Au dehors de cette porte et du mur de fortification, il n’y eut longtemps que peu d’habitations.

JPEG - 12.2 ko

- (Ouvert au public du lundi au samedi en matinée.)

L’hôtel de ville

 : Il fut construit en 1770-1771 (style Louis XVI) en remplacement de l’ancienne halle communale qui s’élevait depuis le 16è siècle au milieu de la place près du Perron. C’est l’architecte liégeois Barthélemy Digneffe qui en dressa les plans, édifice constitué par un soubassement percé de fenêtres basses et un étage à deux ailes avec hautes fenêtre à meneaux avec deux volées d’escaliers. Il abrite des peintures de la fin du XVIIIème siècle représentant la Justice et la Prospérité. . Les travaux furent réalisés par les frères Lambert et Mathieu Caro qui avaient enlevé l’adjudication des fondations, la construction et la menuiserie, sous la direction de l’architecte-entrepreneur L. Lechanoine. C’est un bâtiment de style Louis XVI, avec une imposante façade et un large perron à double volée d’escaliers garni d’une rampe en fer forgé réalisée par des artisans locaux.
Au haut de ces escaliers, une large porte à imposte cintrée ouvre sur une large salle des pas-perdus. L’aile gauche était réservée au Magistrat, aujourd’hui conseil communal, celle de droite à la Cour de Justice composée d’un mayeur et de ses 6 échevins, actuel bureau de l’urbanisme. C’était la même disposition au rez-de-chaussée avec une place centrale où se rangeait la pompe à incendie, la partie de gauche fermée d’une porte en fer avec un guichet était un cachot reconverti plus tard en bureau des contributions. Celle de droite servait de réserve à divers usages, puis aux archives communales. Depuis peu, cet endroit abrite les bureaux du Syndicat d’Initiative.

JPEG - 10.7 ko

Suite à l’ explosion de gaz du 4 janvier 1997, le centre a été déclaré "Centre ancien protégé".

Source, Chevalerie de l’Ordre du Chuffin, Chroniqueurs du Marquisat, Alex Gonay


Navigation

Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Top Articles