La Marguillerie

mardi 18 décembre 2007
par  Alex Gonay, Chantal Cloes
popularité : 10%

Notre patrimoine architectural

LA MARGUILLERIE

Le marguillier était sous l’ancien régime un personnage relativement important aux fonctions mi-religieuses, mi-civiles. Il était sacristain et chantre, employé aux écritures (registres paroissiaux) [1], maître d’école et s’il était prêtre, ce qui n’était pas obligatoire il secondait le curé.
La marguillerie de Theux qui servait d’habitation mais aussi d’école était jusqu’en 1777 située à l’intérieur du cimetière, emplacement logique, bien en sécurité derrière ses murailles fortifiées [2].
Mais, à cette époque, la maison tombe en ruines et le marguillier n’ose plus y habiter ; de plus adossée au mur ouest de l’église, elle gène la circulation depuis la création de la chaussée pavée Liège-Spa qui traverse Theux et a exigé le rétrécissement de la surface du cimetière à cet endroit.

JPEG - 53.1 ko
La construction d’une nouvelle marguillerie est autorisée et précisée : « au rez-de-chaussée, d’un côté : l’école, de l’autre : une chambre et une cuisine avec une allée au milieu dans laquelle sera l’escalier ». un seul étage est prévu mais le Magistrat pourra s’il le juge bon faire un second étage « pour permettre au marguillier de tenir des pensionnaires ou pour y faire un magasin à grains ou autres usages publics et mettant en examen l’effet que fera le bâtiment à l’égard de l’église ». [3] Urbanisme déjà ou souci des besoins du curé ?
La marguillerie fut bien bâtie avec ses deux étages en face de l’église, c’est l’actuelle maison Boury au n°60 de la rue Chaussée. Un état de la communauté de Theux avant la révolution nous la décrit : « Ce bâtiment a vraiment quelque apparence ; mais faut-il le trouver trop grand ou trop beau pour un marguillier prêtre, qui peut tenir des pensionnaires et doit recevoir les villageois, comme étant l’homme du peuple ? C’est tout au dehors une large façade, de la beauté la plus simple, mais une très petite profondeur dont, au rez-de-chaussée, une chambre de 22 pieds sur 15 pour l’école publique, de l’autre côté une chambre et une cuisine. Qu’on déduise de ce bâtiment en haut une chambre nécessaire pour l’église, une autre pour les papiers de justice, un grenier pour magasin à grains en cas de disette ; une place à la cave pour le vin de l’église, une remise pour les pompes à feu et les seaux. Après cela, que reste-t-il pour le marguillier ? » [4]
La « caserne des pompiers » se trouvait donc dans la cour de la marguillerie et la sortie des pompes pouvait se faire par la droite, la maison Pirard n’existant pas encore.
L’utilité de la marguillerie va disparaître au début du 19ème siècle et l’administration communale va la vendre en 1822.
les anciennes cartes postales nous la représentent recouverte de couleur blanche ; actuellement nettoyée et rejointoyée, elle nous présente sa façade de briques et de pierres calcaires relevant du style Louis XV avec ses fenêtres à linteau courbe et à clé passante.
On dit que c’est ici que s’élevait autrefois la porte de Liège marquant la fin du bourg de Theux, une porte déplacée en 1762 et démolie quelques années plus tard.

Pour les chroniqueurs du Marquisat
Alex GONAY
_ Pays de Franchimont N° 550 de mars 1992


[1Ce n’est qu’après la révolution de 1789 que les registres d’état-civil ont été tenus par les administrations communales.

[22.L’église avec sa tour et avec ses murailles du cimetière garnies de tourelles formait un ensemble fortifié où venaient se réfugier les habitants de Theux en cas de danger.

[3Registre aux recès de la communauté de Theux (5 août 1777 au 30 juillet 1781).

[4État de la communauté de Theux avant et après la révolution (1791).


Navigation

Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Top Articles