La Maison aux cinquante fenêtres

jeudi 10 septembre 2009
par  Alex Gonay, Chantal Cloes
popularité : 16%

Pays de Franchimont N° 551 de avril 1992

Notre patrimoine architectural

LA MAISON AUX CINQUANTE FENETRES

Nous vous présentons aujourd’hui un autre bâtiment datant du XVIIème siècle avec une façade d’une parfaite homogénéité présentant toutes les caractéristiques du style Renaissance Mosane. Le haut soubassement de pierres de taille occupe tout le rez-de-chaussée, la porte cochère centrale en plein cintre s’inscrit dans ce calcaire tandis qu’une petite porte avec linteau droit se cache à l’extrémité gauche. Les étages sont constitués de grès du Pays de Franchimont et de pierres calcaires. L’allure générale horizontale particulière à ce style donné par l’alignement des fenêtres est accentuée par deux moulures saillantes dans le soubassement et les bandeaux de calcaire prolongeant les linteaux des fenêtres des étages.

Cette demeure nous donne une impression de totale authenticité avec les bornes chasse-roues, les vieilles marches de la petite porte, le vieux banc de pierre et le trottoir en pavés anciens.
Elle a été construite dans la première moitié du 17ème siècle par un membre d’une famille de maîtres de forges, les Delleheid. Le plus connu est certainement Nicolas Dellehé qui habitait cette maison en 1750, c’était le principal platineur de la région et un très important marchand de « batteries de fer » c’est-à-dire de divers ustensiles de fer pour la cuisine [1], il exportait une grosse partie de ses marchandises et comptait des clients à Bruxelles, Amsterdam, Paris, Etampes, Nantes, Rouen, Orléans, Bordeaux, etc... Début de ce siècle, elle appartenait à une famille Bertrand et était appelée la Maison du Messager, elle était le siège d’une entreprise de transport.
Profitons de cette occasion pour jeter un coup d’oeil sur la maison voisine, le n° 29 de la rue Chaussée, si joliment restaurée, il s’agit d’une demeure datant de la même époque et d’un style identique mais dit « à pans de bois », la carcasse étant une charpente de bois posée sur un soubassement de pierres (ici des gros moellons), des briques disposées en épi remplissent les panneaux et les fenêtres placées horizontalement sont à meneaux de bois. C’était le type de maison le plus courant à cette époque mais les espaces entre les poutres de bois étaient souvent constitués de torchis.
Voici donc présentés côte à côte, deux exemples de maisons du temps des mousquetaires chers à Alexandre Dumas.

Pour les Chroniqueurs du Marquisat

A. GONAY


[1Ce nom de batterie fit l’objet il y a quelques temps d’une question dans l’émission « Double Sept », la séquence que la précédait et était consacrée à l’ancienne métallurgie montrait d’ailleurs cette maison.