Sébastien Bertrand

lundi 5 mai 2008
par  Mélanie
popularité : 19%

Quoi de plus normal que de vous parler de Sébastien Bertand. Comme président de la Verte Tente, il est la cheville ouvrière de [la marche des 600 Franchimontois-art456]. Il est issu d’une famille theutoise depuis des générations. L’un de ses cousins a été président du S.l. de Theux. Dans sa famille, on ne compte plus les commerçants ou comitards qui ont contribué à la vie économique ou festive de notre contrée. La petite histoire nous raconte même que le général Bertrand, illustre militaire napoléonien, est l’un de ses ancêtres. Ancien scout, il a été chef de patrouille avant de s’occuper des louveteaux comme Akéla. Au service militaire, on lui confie également une tâche de responsable puisqu’il sera caporal au 12e de Ligne à Spa. Bref, comme vous le voyez, il avait toutes les qualités pour diriger avec compétence une entreprise comme celle-là. Mais, Sébastien a d’autres passions et qualités qu’il importe de préciser. Son métier actuel d’agent de sécurité lui prend beaucoup de temps et ne lui permet plus d’exercer avec autant de régularité quelques-unes de ses passions. Il a été longtemps un acteur assidu de la restauration d’un local de l’unité scoute de [Theux-rub76], dite la Tanière. Il a pratiqué jusqu’à deux fois par semaine le Jiu-jitsu. Il a également pratiqué le jeu d’échecs dans un club à Pepinster. Quand il lui restait un peu de temps, il partait au dressage canin. C’est avec son animal de compagnie qu’il exerce d’ailleurs son métier actuel. Son métier de gardiennage, il l’exerce seul et le plus souvent la nuit. Cela l’a amené à réduire fortement ses hobbies pour se consacrer à la Compagnie de la Verte Tente. Entrons dans le vif du sujet en essayant de mieux comprendre cette passion qui a débuté en 1996. A cette époque, quelques amis comme Jérôme Nagelmackers, Pierre-Yves Bertrand, Jean-François Demoulin, Philippe Dethier, Christophe Marion... mettent sur pied le projet. Ils se fixent une époque, 1465-1470 qui est et reste la toile de fond de toutes leurs activités. La vie de la Compagnie est centrée sur la volonté de s’imprégner du mode de vie de cette époque. Costumes, ustensiles, armures, armes, tentes... nourriture, se veulent fidèlement reproduits ou inspirés de ce temps passé. Une dizaine de fois l’an, ils sortent coffres, trefs, habits... pour vivre un jour ou plus comme il y a cinq siècles. Ils y vont pour le plaisir des reconstitutions historiques, mais aussi pour créer et entretenir des relations de franche camaraderie. Outre la marche des 600, il faut savoir qu’ils organisent, depuis plusieurs années, un grand rassemblement de compagnies dans la région de Theux. Ils sont environ deux cents qui, trois jours durant, reconstituent un campement non loin du château de Franchimont. Du côté des rêves, il voit bien la réalisation d’une grande bataille avec plus de trois mille engagés. Ce type de manifestations existe par exemple Outre-Manche. Il y a donc fort à parier que, dans les temps prochains, Sébastien Bertrand et sa petite troupe, vont encore nous concocter une activité médiévale. Manants des bans de Franchimont, soyez sur vos gardes !

Pays de Franchimont 684 décembre 2003