Roger Fyon

lundi 5 mai 2008
par  Albert Moxhet, Mélanie
popularité : 3%

Roger Fyon et son accordéon
Une aide aux malades…

C’est à l’âge de trois ans et demi que Roger Fyon reçut son premier accordéon un diatonique et en joua sur la scène de l’Harmonie, à Juslenville. Aujourd’hui, à septante-sept ans, il avoue : "Je joue tous les jours ; avec plaisir, je sens le morceau et je m’améliore encore." Il reste toujours éberlué en se rappelant que l’accordéon chromatique que son père lui offrit coûtait 7500 FB alors que son salaire hebdomadaire ne dépassait pas les 250 FB. "J’avais quatre ans, mais je possède encore cet instrument", dit celui qui est .devenu non seulement un virtuose, mais aussi un compositeur célébré par de nombreux accordéonistes belges et étrangers, parmi lesquels Willy Staquet, René Ninforge, Georges Verhumst, Jacques Scourneau, André Verchuren, Loulou Legrand, Bernard Marly, André Trichot, Marcel Pruvot et, peut-être surtout, Jean-Yves Laroche, à qui le lie une longue amitié et une complicité de duettistes. S’il n’a jamais cessé de jouer de l’accordéon, Roger Fyon a, dès l’âge de quatorze ans, travaillé dans plusieurs entreprise textiles de la région, il a aussi été maçon, puis, durant vingt-trois ans, chauffeur de bus jusqu’au moment où des problèmes de vertèbres l’ont mis à la retraite. Sa carrière musicale l’a mené non seulement dans tous les bals de la région, mais aussi dans les studios d’enregistrement, à la radio et à la télévision, où il fut un hôte régulier de Chansons à la carte. Jean Darlier, administrateur délégué de la Sabam, dira de lui que, "doué d’une mémoire musicale exceptionnelle, il répond à toutes les demandes du public en jouant, avec brio et dans son style personnel les œuvres anciennes et actuelles." Et cela d’autant mieux qu’il travaille aussi dans la composition de chansons. Cependant, la vie de Roger Fyon ne peut être évoquée sans qu’il soit question du Fonds Denise Fyon, créé en 1979 à la suite du décès de l’épouse de l’artiste. Avec la caution scientifique des Docteurs Andrien et Paulus, le Fonds s’est donné comme but d’aider les personnes mises en difficulté pour le financement d’un traitement contre le cancer, par exemple en avançant des sommes impossibles à réunir dans un délai court, mais déterminant. C’est ainsi que plus d’une centaine de personnes ont pu être aidées pour une somme totale de plusieurs millions. Et là aussi, on retrouve l’accordéon de Roger Fyon, car la récolte de fonds a été lancée par un gala programmé le 16 avril de chaque année avec l’aide de musiciens et autres artistes qui ont rencontré Roger Fyon lors de ses nombreuses prestations. Signalons que si c’est principalement à l’époque du vinyle que les compositions et interprétations de Roger Fyon ont été enregistrées, un CD, Fête à la Ferme, reprenant seize de ses danses, est diffusé par CD Carrefours sous le n° 1052.

Albert Moxhet

Pays de Franchimont 705 décembre 2005