Alex Gonay

mercredi 7 mai 2008
par  Alexandre Lodez , Mélanie
popularité : 3%

Monsieur Alex Gonay

Cet homme est un Theutois pure souche et ce n’est pas peu dire. Il puise ses racines locales tant dans le domaine de l’histoire que de la culture ou encore dans le sport. Essayons de cerner le personnage au travers de ces quelques thèmes.

L’histoire, il n’en a ni le titre, ni la formation, il en a tout simplement la passion. Une passion qu’il a cultivée non seulement à la Chevalerie du Chuffin, mais aussi avec d’autres passionnés comme son ami Fernand Braipson ou encore au détour d’une exposition avec Paul Bertholet et Alexis Doms... Sa passion pour l’histoire lui a donné l’envie d’écrire de nombreuses brochures à chaque exposition du Chuffin, mais aussi dans la revue Terre de Franchimont. Alex aime raconter ; il l’a fait de nombreuses fois pour les enfants des écoles. Il a aussi partagé ses connaissances avec de nombreux visiteurs du centre de la localité. Je m’arrête ici pour ce volet, car l’histoire en deviendrait trop longue.

La culture, et je pourrais ajouter, le folklore. Il a été de très longues années une cheville ouvrière de la Chevalerie de l’Ordre du Chuffin. Il l’a présidée, il l’a portée, il lui donne encore de son énergie. Mais, une autre de ses passions, héritées de son père sans doute en partie, lui a donné le goût des planches. Celles du théâtre, bien entendu comme comédien, mais surtout comme metteur en scène. N’est-ce d’ailleurs pas sa fille qui fut la remarquable et modeste chef d’orchestre des jeux scéniques. C’est un homme de tradition et de légendes qui voit au travers de nos murs et fenêtres, au travers de nos ruisseaux et rivières pour y trouver une petite histoire issue du passé.

Le sport peut aussi le qualifier. On ne peut pas dire qu’il soit, comme son fils aîné Jean-Pierre, un amateur de VTT. Il a été tout simplement une cheville ouvrière de l’entreprise Caro et Lambet. Son art de la parole, son sens de la répartie, son argumentation en ont fait un vendeur hors norme. Jusqu’à sa pension, il a été comme indépendant un digne représentant de cette firme locale spécialisée dans les articles de sport.

Mais si, en ce mois de juin 2001, nous parlons de notre correspondant mensuel du Pays de Franchimont, c’est avant tout pour vous rappeler qu’il met ce mois-ci à l’honneur nos rues, places et chemins. Ce livre de qualité, nous vous en avions donné un avant-goût dans notre dernière édition de mai. Il sera en vente dans tous les lieux habituels (dont le RSI de Theux : 087/53.14.18).

Oser écrire un article aussi petit soit-il sur ce personnage de la localité n’était pas chose facile, car je dois vous confier que l’apôtre n’a pas son avis en poche. Souvenez-vous par exemple de ses propos par rapport à l’aménagement de la place du Perron, des aménagements du cimetière de Theux... Voyez son billet d’humeur dans le présent "Pays de Franchimont". Autant vous le dire tout de suite, je sais qu’il y a des erreurs dans ce texte qu’Alex s’empressera de relever et de me communiquer. Il a, et c’est une qualité, le courage de ses opinions et la volonté d’être juste et précis dans la vie comme dans ses récits. Encore un grand merci pour tout le travail que vous avez consacré à écrire une partie de notre histoire et, même si je sais que la santé n’est pas toujours au rendez-vous, gardez toujours un peu de vos idées et de votre énergie pour vos fidèles lecteurs.

Alexandre Lodez.

Pays de Franchimont 657 juin 2001