Herman Bertrand

Hommage à Herman BERTRAND
vendredi 9 mai 2008
par  Franz Deroanne, Georges Pirard, Jean Doutrelepont, Mélanie, Raymond Sente
popularité : 21%

Theux est en deuil ; son Syndicat d’Initiative et son petit journal local aussi. Herman Bertrand, secrétaire général de l’un et rédacteur en chef de l’autre n’est plus. Il nous a quitté inopinément dans la nuit du 3 mai 1973. Il avait 63 ans. En mars 1957, alors qu’il n’était que lecteur assidu et abonné de la 1er heure du « Pays de Franchimont », il accepta de continuer la rubrique sportive que Paul Pahaut rédigeait depuis septembre 1955. Il l’intitula « Le Football Franchimontois ». En 1966, promu secrétaire général du Syndicat d’Initiative, il ne manqua pas de tenir nos lecteurs au courant des différentes activités de cet organisme.
En décembre 1966, il remplaça sa chronique sportive par une autre ayant pour titre : « Au fil des jours ». Puis vint « La vie à Theux » toujours d’actualité.
En juin 1967, les préparatifs de la commémoration du 500e anniversaire de l’Epopée des 600 Franchimontois prenaient corps ; son organisation, sa réalisation et son déroulement nous furent contés, sous des titres divers, dans tous les détails et ce, tous les mois, jusqu’en janvier 1969.
Combien d’autres chroniques, encore, sont dues à sa plume experte telles : celles des anniversaires de tous genres et de diverses sociétés locales ; des nombreuses expositions du Cercle « Pro-Arte » ; des festivités de fin d’année ; des décès, etc., etc. Ses « Propos de Fifine » et ses « Actualités Franchimontoises » toutes récentes étaient très appréciées. De nombreuses lettres de Theutois émigrés à l’Etranger nous le confirment.
La disparition de Herman n’aura pas suivi de loin celle du « Monstre » de la place de l’Eglise, duquel il ne digérait pas la présence en ce lieu.
C’est une nouvelle page d’histoire du « Pays de Franchimont » qui se tourne. Cette disparition est douloureusement ressentie par le comité de rédaction de ce petit journal qui perd un collaborateur de talent et un ami très attaché.
Nous réitérons à Madame Bertrand, à ses enfants et à la famille, nos vives et sincères condoléances et nous l’assurons de toute notre sympathie.

UN HOMME DE CŒUR,MAIS AUSSI UN HOMME DE LETTRES

Né le 25 mai 1910, dans la maison qu’il ne devait quitter que pour l’ultime départ, issu des plus anciennes familles de Theux, au Blason bien connu des Franchimontois (Anciens Maîtres de Forges), Herman Bertrand était celui qui accordait à l’amitié sincère de ceux qu’il côtoyait plus de prix qu’à n’importe quoi. Il aimait la franchise et ne recherchait aucun honneur.
Qu’il nous soit permis aujourd’hui, de saluer dans ce « Pays de Franchimont », un homme d’une conscience exceptionnelle et un grand travailleur de l’esprit. Car Herman Bertrand était de ces hommes que le courage intellectuel ne rebutait jamais. Nous ne prendrons pour exemple que quelques faits de sa trop courte vie.
Après avoir suivi pendant 4 ans les cours de mécanique, il quitta ce domaine pour entreprendre des études d’horticulture à Spa. Ses aïeuls, bien connus de tous les Theutois, étaient horticulteurs de père en fils depuis de nombreuses années, l’endroit actuel de la route de Mont était d’ailleurs, à cette époque, la pépinière familiale.
Mais là ne devait pas s’arrêter sa formation. Car Herman Bertrand, beaucoup plus intellectuel que manuel (il tenait cela de son papa), allait se remettre à la tâche. Entretemps, le 21 avril 1938, il avait épousé Mademoiselle Herck et, ensemble, pour le meilleur et pour le pire, ils allaient avoir le bonheur d’élever deux enfants, fille et garçon, qui ont aujourd’hui 32 et 24 ans. D’un courage à toute épreuve et d’une sobriété exemplaire, Madame Bertrand allait seconder son mari dans le travail de tous les jours. En 1954, notre ami reprit le collier et courageusement, pendant trois ans, par amour de la connaissance et du savoir, Herman Bertrand allait suivre les cours par correspondance de l’école A.B.C. à Paris. Sur ce diplôme, qu’il décrocha avec tous les honneurs, on pouvait lire ceci : « Diplôme de fin d’études. — Le présent diplôme est délivré à Monsieur Herman Bertrand. Nous attestons qu’il a suivi dans toute son étendue et avec une assiduité parfaite les leçons du cours de rédaction. Paris, le 19 juillet 1957. »
Il avait réussi dans le domaine de la chanson, des poèmes, de la narration, des contes, des nouvelles, de la rédaction et de la composition théâtrale. Voilà, nous le croyons, une belle distribution de prix et d’honneurs que nous ne pouvions pas manquer de rendre à notre ami Herman. Il fut également, déjà avant la guerre, correspondant sportif du « Courrier du Soir ». Si nous ajoutons encore que notre camarade a passé et réussi l’examen de poésie de la SABAM et qu’il était membre de celle-ci en tant que parolier, vous aurez compris, cher ami lecteur, toute la richesse intellectuelle de Herman Bertrand.
Ajoutons encore à tout cela que notre Rédacteur en chef a composé un sketch — qui a d’ailleurs été joué par le Rideau de Franchimont — et qu’il a également, durant la dernière guerre, réalisé plusieurs revues dont une « Alerte », jouée au profit des Déportés, passant parfois des nuits entières avec Franz Bertrand, son cousin.
Si vous savez aussi qu’Herman Bertrand, de la classe 1930, a fait partie du 31e de Ligne, et qu’il a combattu à Paaschendaele, sur la Lys, vous aurez compris, cher ami lecteur, pourquoi nous avons dit d’Herman Bertrand qu’il était un homme de lettres mais aussi un homme de cœur.
Merci, Herman, merci pour ta gentillesse... pour tout ce que tu as fait et que nous n’oublierons pas… Crois bien que par delà la mort, notre amitié, elle, ne t’a pas quitté.

SES FUNERAILLES.
Le samedi 5 mai après-midi, a eu lieu l’enterrement de Herman. Une foule nombreuse y assistait, parmi laquelle de nombreuses personnalités theutoises que nous ne citerons pas, certains que nous sommes d’en oublier.
Tous ses amis, et Dieu sait s’ils sont nombreux, étaient présents, et à la levée du corps, le président du S.I., M. Renkin, prononça le discours que nous insérons ci-dessous.

"Mon cher Secrétaire,
Au nom des membres du conseil d’administration du Syndicat d’Initiative de Theux-Franchimont, au nom de tous ses affiliés, je me fais l’interprète pour saluer ta mémoire devant cette bière.
Toi qui fus un secrétaire à la plume si débordante, ta mission ne s’arrêta ni à la correspondance ni aux procès-verbaux du secrétariat, mais tu nous comblas tous les mois par tes articles reprenant les activités franchimontoises insérés dans notre journal « Le Pays de Franchimont ».
Tu auras encore le mérite d’avoir rédigé le bulletin publié dans le numéro du mois de mai 1973 et, chose paradoxale, distribué par la poste à tous nos abonnés quelques heures après que tu eus rendu le dernier soupir.
C’est depuis mars 1957 que tu apportas ta collaboration dévouée à notre périodique. A cette époque, tu succédas à Paul Pahaut, qui avait ouvert une rubrique ayant pour titre « Le Football Franchimontois » et qui relatait tous les événements sportifs du terroir. Tu tins cette rubrique ouverte jusqu’au mois de novembre 1966."

Après quoi le cortège se mit en route vers l’église le cercueil étant porté par les membres du comité du S.l.
La messe d’obsèques fut suivie dans le recueillement le plus complet.
Au panégérique, M. le curé Sternotte mit l’accent sur les valeurs humaines du défunt et son attachement tout particulier à cette terre franchimontoise où il va bientôt reposer pour toujours.
Puis le cortège se dirigea vers le cimetière une dernière bénédiction et l’ultime adieu.
Cher ami, tous ceux qui, des années durant, ont travaillé avec toi te disent « merci » du fond du cœur et te promettent que la gratitude n’est pas un vain mot.

Le comité de rédaction,
F. Deroanne, J. Doutrelepont,
R. Sente, G. Pirard.

Pays de Franchimont 6 juin 1973