Albert Chaidron

In memoriam
jeudi 10 juillet 2008
par  Chantal Cloes
popularité : 8%

IN MEMORIAM

Albert Chaidron

En cet anniversaire, une bien triste mission nous incombe.

En effet, Albert Chaidron n’est plus ; il est mort inopinément ce 1er mai 1976 à l’âge de 61 ans.

Il y a 30 ans exactement, l’édition de notre petit journal était décidée au sein du comité du Syndicat d’Initiative, présidé alors par Jean Crémer, décédé lui aussi depuis bientôt quatre ans.

Avec Pierre Den Dooven, historien, et Eugène Coumanne, directeur du Préventorium Scolaire Liégeois, Albert Chaidron, professeur à l’Ecole Normale St-Roch, prenait l’engagement d’alimenter la chronique du « Pays de Franchimont ».

« Aujourd’hui reconstruire-construire, demain... » fut son article du premier numéro de juin 1946. Vinrent ensuite : « Un centenaire à célébrer : le chemin de fer à Franchimont », « Oui ou non, sommes-nous en Ardennes ? », « La station scientifique du Rocheux », « Noël franchimontois », « Présentation d’un paysage », « Et avant les Romains ? », « Le trésor de la fagne franchimontoise », « Au pays de Franchimont : climat, chauffage et tourisme », « Immigrations végétales du pays de Franchimont », « A travers l’Europe avec les Grognards », « La grande fenêtre de Theux ».

Son départ pour la colonie interrompit cette série jusqu’à son retour en Belgique.

Installé à Bruxelles et toujours abonné à son petit journal, il ne manquait pas de meubler ses rares moments de loisir en nous envoyant quelques compositions : « A tort et à travers le Franchimontois », douze chapitres tous aussi instructifs qu’agréables à lire. « Sur quelques toponymes franchimontois », « Sur le marbre », « Qui es-tu C.R.M.S. ? » et « Plaidoyer pour nos haies » furent ses dernières interventions.

Sa plume s’est arrêtée pour toujours. Il porta ce journal dès son baptême, et celui-ci accompagne, à regret, sa dépouille vers son dernier repos.

Très attristée, la rédaction du « Pays de Franchimont » présente à sa famille ses bien sincères condoléances, l’assurant aussi de son soutien moral.

Pays de Franchimont 6 juin 1976