Clément Mathieu

Un Theutois à l’Académie de Sciences d’Outre-Mer de France
mercredi 6 août 2008
par  Julie Rogister
popularité : 6%

Originaire d’Oneux, où il est né le 3 novembre 1940, Clément Mathieu, actuellement professeur de science du sol et d’agronomie tropicale à Toulouse, a été élu le 15 décembre 2000 membre titulaire de l’Académie des sciences d’Outre-Mer de France (Paris).

Depuis plus de vingt-cinq ans. Clément Mathieu a en effet consacré l’essentiel de sa carrière à la coopération technique et universitaire avec les pays du sud, plus particulièrement dans les domaines de l’agriculture et du développement rural.

Après avoir débuté à la station agronomique de l’Aisne à Laon, il séjourne durant dix-sept ans sur le continent africain (Maroc, Burundi et Centrafrique), il effectue aussi de nombreuses missions dans d’autres pays africains et en Extrême-Orient.

Professeur depuis dix ans à Toulouse, il garde des actions d’études et de recherches outre-mer où il intervient en tant qu’expert en conservation des sols et en ingénierie pédagogique pour la formation de formateurs. Ses parcours l’ont ainsi conduit dans plus de trente-cinq pays sur les cinq continents avec, entre autres exemples, des missions importantes en Argentine, au Liban, en Côte d’Ivoire, en Jordanie, au Cameroun, au Laos, en République Démocratique du Congo (ex-Zaïre), en Roumanie et à l’île de Rodrigues.

Ses travaux ont fait l’objet de nombreuses publications scientifiques et techniques. Parmi les ouvrages publiés, deux ouvrages témoignent plus particulièrement du développement rural en Afrique : l’un sur la Tanzanie, l’autre sur le Burundi.

L’élection de Clément Mathieu à la quatrième section (sciences physiques, naturelles, biologiques et leurs applications) de l’Académie des sciences d’Outre-Mer est la reconnaissance d’un parcours universitaire exceptionnel consacré au développement de l’agriculture des pays pauvres ou en difficulté et à la coopération Nord-Sud si nécessaires, aujourd’hui dans la mouvance de la mondialisation.

L’heureux récipiendaire est aussi chevalier de l’Ordre de Léopold et citoyen d’honneur des villes de Theux (sa commune de naissance) et de Huy (ville où il obtint ses premiers diplômes supérieurs d’agriculture). En France, il est également chevalier de l’Ordre National du Mérite et de l’Ordre du Mérite Agricole.

Rappelons à cette occasion que l’Académie des sciences d’Outre-Mer est un établissement public à caractère administratif ayant pour vocation d’étudier, sous leurs aspects variés, notamment scientifiques, historiques, sociaux et culturels, les questions relatives aux pays situés au-delà des mers et d’associer à cet effet des personnalités françaises et étrangères compétentes dans un esprit de complète objectivité et entier désintéressement.

L’Académie étudie aussi, en toute indépendance, les questions que le gouvernement pourrait lui soumettre. Enfin, elle publie ses travaux sous forme de mémoires et de comptes-rendus dans la revue "Mondes et cultures" qui paraît quatre fois par an.

Pays de Franchimont 657 juin 2001