Léon Jennes

Jeune ou Jennes, voilà notre Léon
mercredi 30 juillet 2008
par  Matthieu Delvaux, Mélanie
popularité : 7%

Pas besoin d’être Juslenvillois pour connaître Léon Jennes car ses activités associatives sont nombreuses à travers la commune. Pendant plus de 10 ans, il s’est impliqué, avec Danièle, son épouse, en tant que chef d’unité des mouvements de jeunesse de Juslenville. C’est durant cette période que les 180 jeunes que compte ce mouvement ont réalisé la construction de leur local (situé derrière l’église de Juslenville). Ce furent, selon ses propres termes, des moments extrêmement enrichissants par toute l’énergie et l’enthousiasme que les jeunes apportent à ceux qui les côtoient.
Ce n’est que récemment qu’il a passé le flambeau à Murielle et Vincent Beauve. Ses souvenirs sont légion également pour les 20 ans qu’il a passés en tant qu’animateur de la chorale des "Raskignous". Citons, entre autres, l’émission "A qui le gant ?" de la RTBF ou leur spectacle au casino de Cabourg ou encore leur récital à Salcomble (ça ne s’invente pas ! ) en Angleterre. D’autres moments l’ont particulièrement ému, comme leur tour de chants devant des spectateurs handicapés, où l’on sent une véritable attention de la part de l’assistance.
Au nombre de ses hobbies, on compte la musique (et particulièrement la guitare), la philatélie, la marche à pied (marcheur franchimontois), la lecture, l’informatique (Internet),... Il y a plusieurs années de cela, il a ressenti, avec A. Lodez, le besoin de réunir tous les jeunes de Theux, de quelque bord que ce soit, autour de projets communs. C’est de cette idée qu’est d’abord née l’opération "Nettoyage de la Hoëgne". Par la suite, de nombreux autres acteurs se sont impliqués dans cette initiative : la Région wallonne, la commune, les pêcheurs, l’Association Theutoise pour l’Environnement,... pour aboutir aujourd’hui à l’opération de l’ampleur que l’on connaît. C’est cette volonté de rassembler la jeunesse theutoise qui a donné le jour également au carnaval de Theux - Juslenville. Les Juslenvillois ont déjà connu quelques carnavals dans les années d’après guerre mais le carnaval "nouveau cru" laisse présager un bel avenir si l’on en juge par sa rapide ascension. Voyez plutôt : 400 participants en 1995,600 en 1996, plus de 800 en 1997 et tout laisse à penser que le record sera battu pour cette édition ’98. Ce carnaval est d’abord une manifestation conçue par et pour les jeunes. Profitons de l’occasion pour souligner leur travail en constante progression au regard de la qualité du cortège et des chars présentés au public. Un carnaval, c’est aussi un public. C’est pourquoi tous espèrent que vous serez nombreux à vous masser au long du parcours qui suivra l’itinéraire repris dans un autre article. Soulignons pour finir (et tant pis pour sa modestie) que c’est, sans doute, grâce à des personnages comme Léon Jennes, qui savent susciter l’étincelle nécessaire, que l’on assiste à des embrasements d’enthousiasme dont notre carnaval n’est qu’un exemple.

B. Moreau et M. Delvaux.

Pays de Franchimont 620 février 1998