Façades et Bâtisses remarquables du centre

vendredi 19 février 2010
par  Alex Gonay, Valérie Dohogne
popularité : 15%

Centre de Theux

Place du Perron

- Au n°2 et 4 : Maison Lebrun et Mertens transformées en annexes de l’Hôtel de Ville : millésimées 1630 par les ancres de la façade principale, ces constructions, de Renaissance mosane, en briques et calcaire, ont été réalisées par Nicolas de Limbourg, chirurgien et bourgmestre de Theux. Ces bâtiments ont été propriété de la famille de G. Lebrun, un peintre verviétois de la fin du XIXe et du début du XXe siècles. Ces bâtiments reconvertis au profit du service administratif communal en 1970, sont aujourd’hui classés au patrimoine wallon et sont par ailleurs dotés d’intérieurs intéressants par les boiseries, les voussettes, les volets, les cheminées de style Renaissance, Louis XIV, Louis XVI, etc

- Au n°10 : Maison Mairlot édifié au XVIIIe siècle, cet hôtel de maître de style Louis XIV, en briques et calcaire appartenait aussi à un meunier, celui de Spixhe, M. de Marteau, par ailleurs bourgmestre de Theux en 1724. Sa façade principale, son versant avant de toiture et les parties du pignons droit ont été classés en 1978

- Au n°12 : La maison du meunier avec sa façade en briques et calcaire, de style Renaissance mosane, elle a été édifiée au XVIIe siècle pour un personnage important de l’époque, le meunier-brasseur de Theux, Noël Poncelet. En 1927, le bâtiment devient une banque et subit plusieurs rénovations

- Au n°29 : Porche et cour en colombage

Place du Vinâve

Sur cette place s’élevait autrefois l’Arbre de la Liberté, un frêne planté en 1793 et dominant le crucifix. Début du XXe siècle, l’arbre d’abord foudroyé fut ensuite victime d’une tempête et disparut. Par ailleurs, le 9 août 1944, une pluie de bombes s’abattit sur Theux dont une éventra le centre de cette place.

Place Taskin

- Le vieux tilleul très vieux tilleul ceinturé de son banc, autrefois surnommé le gros arbre.

Place de l’Eglise

- Le Monument des Soldats morts pour la Patrie : élevé en 1926, ce monument en pierre blanche d’Enville a été érigé en mémoire des 600 Franchimontois de 1468 et des citoyens morts pour la patrie durant les guerres 14-18 et 40-45. Ce monument comprend deux parties : un socle rectangulaire et une stèle. Sur la marche supérieur du socle, se dressent deux personnages : l’un représente un poilu de la grande guerre, qui symbolise le soldat theutois, coiffé d’un casque en acier, portant une longue capote et tenant un fusil dans une main ; l’autre figure un Franchimontois, tenant dans une main une épée à deux tranchants. La stèle quant à elle est surmontée d’un personnage en bronze symbolisant la commune de Theux et portant une couronne d’or destinée aux héros.

Carrefour de la Boverie

- Au n°5 de la Boverie la Maison Naveau : sise à l’angle du chemin longeant le Wayot et la route de Jevoumont, cette imposante demeure a été construite sur les fondations d’une auberge du XIVe siècle qui abrita jusqu’en 1719 une Cour de Justice, appelée « Cour de Boverie », pour les délits forestiers. Edifiée en 1774 pour M. Nicolas Fréon, bourgmestre de Theux, cette haute construction bourgeoise de brique et calcaire est de style Louis XV ; les toitures, façades, y compris les annexes, sont aujourd’hui classées. La façade arrière donne sur un vaste parc dans lequel on trouve une large excavation, carrière ouverte du début du XIXe siècle pour l’exploitation du marbre noir si réputé.

Rue Chaussée

- Au n°25-27 : Hospice Ste Joséphine : bâtie en 1783, pour le juge A. Dandrimont, devenu bourgmestre de Theux, elle est en briques et calcaire, de style Louis XVI. C’est un immeuble imposant tant en hauteur qu’en largeur. Un de ses fils mettra la maison à la disposition du curé de Theux pour y établir un refuge pour vieillards. Ainsi naîtra l’hospice Saint Joséphine, appelée ainsi en mémoire de la mère du donateur. La façade principale de ce bâtiment ainsi que le versant de toiture sont classés depuis 1979.

- Au n°29 : La Maison Lezaak, joliment restaurée, il s’agit d’une demeure datant du XVIIe siècle ; elle est d’un style Renaissance mosane dit à pans de bois, la carcasse étant une charpente de bois posée sur un soubassement de pierres, des briques disposées en épi remplissent les panneaux et les fenêtres placées horizontalement sont à meneaux de bois.

- Au n°31 : la Maison Delleheid, famille de maîtres de forges, possède une façade, aujourd’hui classée, dite « aux cinquante fenêtres ». Cette façade, en moellons de grès local dit de Franchimont et calcaire est d’une parfaite homogénéité et est dotée de toutes les caractéristiques du style Renaissance mosane, style très en vogue au XVIIe siècle. Par ailleurs, cette demeure donne l’impression d’une totale authenticité avec sa porte cochère cintrée, les bornes chasse-roues, les vieilles marches de la petite porte et le vieux banc de pierre.

-Au n°35 : Maison de Limbourg -Au n°37 : Maison de Limbourg. Jean-Philippe de Limbourg, célèbre médecin, savant réputé, homme d’affaires, maître de forges et écrivain, avait racheté cette bâtisse qui date du XVIIe siècle. Dès 1754, il en aménagea l’intérieur puis lui donna une nouvelle façade plus éclairée, de style Louis XIV. La composition de cette façade en moellons de grès, calcaire et brique, reprise au patrimoine wallon, se révèle symétrique et harmonieuse. Cette maison possède par ailleurs un joli jardin à la française orné de statues en terre cuite de l’époque.

- Au n°50 : Presbytère : situé en face de l’église, il a belle allure avec son vieux portail d’allure mosane et sa cour d’honneur pavée et fermée. Construit vers 1675 en moellons de grès, il a été totalement transformé au cours du XVIIIe siècle pour obtenir plus de confort, surtout au niveau de la luminosité. Un haut mur de moellons borde le jardin côté ouest ; il faisait probablement partie des fortifications de Theux au XVIIe siècle. L’ensemble des façades, toitures, portail et parties latérales du mur d’enceinte donnant vers la place sont repris au patrimoine wallon depuis 1978.

- Au n°60 : Le marguillier était sous l’Ancien Régime un personnage relativement important aux fonctions mi-religieuses, mi-civiles : il était sacristain et chantre, employé aux écritures et maître d’école. Ce bâtiment servait d’habitation mais aussi d’école ; il se situait à l’intérieur du cimetière. En 1777, la maison tombe en ruine. Vu les aménagements de la rue, on construit une nouvelle marguillerie en face de l’église, avec une large façade de la beauté la plus simple et une très petite profondeur. Avec une façade de briques et de pierres calcaires, autrefois recouverte de chaux blanche, elle est de style Louis XV, avec ses fenêtres à linteau courbé et à clé passante. L’utilité de la marguillerie va disparaître au cours du XIXe siècle et l’administration communale la vendra en 1822.

Rue Hovémont

- Au n°80 : Maison Dumont datant du 18ème siècle et de Style Louis XVI

- Cerce Catholique datant du 18ème siècle et de Renaissance Liègeoise, remaniée en Style Louis XV

- La Bouxherie du wallon Bouhi qui signifie frapper. Il est occupé par une ancienne forge évoquant une activité métallurgique s’échelonnant du XVe au XVIIIe siècles. En effet, en 1550, la Bouxherie possédait deux forges : une grande et une petite. A leur côté, M. Boniver y fit construire une maison neuve. Le XVIIe siècle fut une période florissante avec ses cinq fils. La famille Boniver est une très ancienne et très importante famille theutoise de maîtres de forges. Elle fournira au bourg de Theux onze bourgmestres. A l’ombre d’un arbre séculaire, sur la droite juste avant le pont, nous pouvons admirer l’habitation des maîtres forges, portant le millésime 1662, en moellons de grès de Franchimont et calcaire, de style mosan, joyau du patrimoine theutois. A admirer : la corniche garnie de corbeaux en forme de glands, la porte cloutée, les marches de l’entrée accostées d’une pierre d’appui latérale, les lucarnes, les cheminées, la disposition des fenêtres à meneaux, mais surtout l’ensemble harmonieux de style Renaissance mosane. Ces bâtiments sont aujourd’hui classés. Situé dans la Bouxherie, au n°42 dans la propriété Boniver, en bordure de la rivière, nous trouvons un arbre remarquable ; ce charme commun de près de cinq mètres de circonférence est remarquable par son histoire et par son aspect paysager car composé de trois troncs.

Source : A Gonay, chevalerie du Chuffin