La chèvre rouge

vendredi 1er juillet 2005
par  IG, Julie Rogister
popularité : 17%

Lu rodje gatte

Autrefois, une petite masure s’élevait au sommet du rocher où se trouve actuellement la chapelle Fyon, elle était habitée par un couple de pauvres paysans. Ils n’avaient pas d’enfant et avait recueilli un garçonnet qu’ils avaient trouvé abandonné dans le bois de Sohan. Malgré les soins et les conseils des parents adoptifs le gamin grandissait en âge et en ... méchanceté. Bientôt, il devint la terreur des braves gens de Juslenville dont les vergers, poulaillers ou étables étaient l’objet des déprédations du garnement.

Un jour, il rencontra dans les bois de Sohan, une vieille femme qui lui demanda de l’aider à charger un fagot de sapinettes qu’elle venait de rassembler, il accepta, lui mit le fagot sur le dos et y mit le feu. Bientôt fagot et vieille femme ne formèrent plus qu’une torche qui brutalement s’éteignit tandis qu’apparaissait une fée qui pour le punir le transforma en chèvre au pelage rougeâtre.

Repoussée de tous, cette étrange chèvre finit par trouver un abri dans les flanc du Thier du Gibet où sa silhouette se découpait parfois dans la nuit, en se déplaçant, elle mettait feu aux pauvres buissons qu’elle frôlait. Un jour qu’elle s’était introduite dans Juslenville pour se désaltérer, elle bu à la source de le Triquenotte qui depuis débita de l’eau chaude. Chaque fois qu’un incendie de meule, de hangar ou de bois éclatait, nos ancêtres, fort crédules s’écriaient : "C’est encore la chèvre rouge".


Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur